• leachapuis

Les huit plus beaux châteaux en Cerdon Vallée de l’Ain à voir à 1h de Lyon et Genève

Mis à jour : mai 16

Constitué de 14 communes qui s’étendent au long de la rivière d’Ain, le pays Cerdon Vallée de l’Ain vous invite à un voyage dans le temps à la découverte de ses plus beaux châteaux ! Trésors du patrimoine et de l’architecture au fil des siècles, plus d’une cinquantaine de châteaux ponctuent le territoire mais peu d’entre eux sont ouverts au public … A admirer de loin ou à parcourir lors d’une visite exceptionnelle, voici les huit châteaux emblématiques de cet héritage exceptionnel.



Le château de Varey à Saint Jean le Vieux

Situé sur les hauteurs du hameau vigneron de Varey, ce château fort du XIIème siècle est l’une des plus importantes places fortes du Bugey durant le Moyen-Age. Le 7 août 1325, il est le lieu de la bataille éponyme sanglante des guerres delphino-savoyardes qui dureront jusqu’au XVème siècle.


Victime des affres de la Révolution, le château fut grandement détruit pendant cette période. Il ne subsiste alors que quelques ruines médiévales qui inspirent les romantiques de l’époque.

La reconstruction du château a lieu au XIXème siècle sur les bases existantes de l’ancien dans un style plus moderne. Ses tours à toits pointues et ses douves profondes rappellent encore l’époque des chevaliers et les conflits épiques du Moyen-Age.

Il est aujourd’hui occupé par un ITEP (institut thérapeutique éducatif et pédagogique).


SES ATOUTS

- Le panorama sur la vallée de l’Ain

- Le charmant hameau de Varey avec ses maisons vigneronnes en pierre


INCONTOURNABLE

Sa majesté de château-fort préservée



Le château de Thol à Neuville sur Ain

Niché au creux d’une forêt en haut d’une butte, ce château fort à l’histoire méconnue remonte au XIVème siècle.


A l’état de ruines depuis de nombreuses années, le château conserve son enceinte médiévale carrée et une bonne partie de ses tours ce qui lui confère une atmosphère romantique et mystérieuse.

En juillet 2019, la famille Scart acquiert le château dans le but d’en assurer sa sauvegarde et peut compter sur le soutien de l’association « Les Paladins de Thol » pour mettre en valeur le travail de restauration et animer le site.


SES ATOUTS

- Son site préservé en plein cœur de forêt à proximité des chemins de randonnée et en face du château de Chenavel de Jujurieux

- La volonté des propriétaires de faire vivre au grand public le processus de sauvegarde et de restauration des ruines


INCONTOURNABLE Sa participation à l’évènement « La Nuit des Châteaux » pour le découvrir au clair de lune en faisant la fête




Le château de Varambon

Surplombant le petit village médiéval de Varambon au bord de la rivière d’Ain le château de Varambon est une propriété du XIXème siècle. Au cœur d’un parc boisé de cèdres du Liban, le bâtiment principal a gardé son aspect du XVIIIème siècle mais la façade Est a été transformée avec l’ajout de deux tours octogonales à toits pointus. Ses matériaux mélangés que sont la pierre, la brique et l’ardoise lui donnent un charme hétéroclite.


Classé au titre des Monuments Historiques, son propriétaire, le comte de Boissieu, en a fait aménager une partie en hébergement et propose des visites au grand public pendant la saison estivale.

SES ATOUTS

- La possibilité d’y loger

- La visite guidée réalisée par le propriétaire des lieux en personne


INCONTOURNABLE

Sa bibliothèque classée digne des grandes universités anglaises et la collection d’ouvrages anciens.



Le château de Poncin

Occupant le cœur du village, ce château est construit en 1290 par la famille des Thoire et Villars. Il prend alors la forme d’une forteresse carrée au donjon imposant et garnie de trois tours carrées. Au cours des siècles, les transformations dues à des modifications et destructions sont nombreuses.


Au XVIIème siècle, le marquis Joseph de la Poype Saint-Julien décide de construire un château neuf à côté du vieux château.

Il s’agit d’un long bâtiment inspiré des villas vénitiennes doté de plusieurs ailes et de terrasses-jardins. Aujourd’hui privé, le château ne se visite pas à l’exception de ses jardins, ouverts une ou deux fois par an à l’occasion d’évènements.


SES ATOUTS

- L’ouverture des jardins lors des Journées du patrimoine en septembre

- L’entretien et la mise en valeur de ceux-ci aux yeux du public par une association locale.

- La vue panoramique sur le village


INCONTOURNABLE Ses terrasses aménagées en splendides jardins à la française




Le château de Pont d’Ain

Bâti entre les remparts primitifs du bourg, le château de Pont d’Ain était réputé pour sa salubrité. Propriété des fameux ducs de Savoie, plusieurs princesses de la Maison vinrent y accoucher et élever leurs enfants.


Le propriétaire le plus connu du château est sans conteste Philibert II de Savoie, dit le Beau. C’est au cœur de la propriété qu’il vécut son mariage d’amour avec son épouse Marguerite de Savoie.

C’est également au château qu’il mourut en 1504, causant un chagrin tel à son épouse qu’elle fit construire le monastère royal de Brou pour abriter son tombeau. Aujourd’hui le château remanié est classé au titre des monuments historiques et a été divisé en plusieurs logements locatifs.


SES ATOUTS

- Vestige témoignant de l’importance du bourg, lieu de passage et de villégiature des ducs de Savoie

- Louise de Savoie, mère de François Ier et régente de France y vit le jour comme d’autres enfants de la maison de Savoie


INCONTOURNABLE

L’empreinte tragique de la mort de Philibert le Beau qui a entrainé la construction du monastère royal de Brou, fleuron architectural du gothique flamboyant.




Le château de Chenavel à Jujurieux

Ce château situé à l’écart de la commune, illustre l’influence des dirigeants des Soieries Bonnet sur l’occupation des propriétés prestigieuses du village.


En 1844, Claude-Joseph Bonnet, fondateur de la manufacture lyonnaise de soie rachète le château et le fait remanier. Il le transforme en maison de repos pour les jeunes filles pensionnaires de ses différentes usines.

Aujourd’hui, ce château en forme de fer à cheval avec ses deux tours carrées en façade, appartient à de nouveaux propriétaires qui s’emploient à le restaurer.


SES ATOUTS

- Sa restauration actuelle et le choix de ses propriétaires de l’ouvrir au développement de spectacles artistiques des nouveaux propriétaires


INCONTOURNABLE

Le lien intrinsèque avec l’histoire des Soieries Bonnet et l’empire industriel de Claude-Joseph Bonnet.



Le château de Lhuire à Jujurieux

Dominant un profond ravin et bordé de falaises sur trois côtés, le Châtelard de Lhuire est l’un des plus anciens châteaux du territoire. Des traces de construction remontent au VIIème siècle et une sépulture gallo-romaine est attestée au sein de la propriété.


Durant sa longue existence, il est passé entre les mains de plusieurs familles, des ducs de Savoie jusqu’à sa dernière propriétaire surnommée la « dernière dame du Châtelard » en 1787. Cette construction aujourd’hui rénovée par un propriétaire privé a gardé tout son charme du Moyen-Age avec ses restes de remparts et son portail à grille encore debout.


Le château est célèbre auprès des adeptes d’histoires spectrales : il est le lieu d’une célèbre légende racontée depuis des générations. La dame blanche du château de Lhuire, veuve d’un seigneur impétueux mort au combat hanterait les lieux pendant les nuits brumeuses… Cette légende a inspiré plusieurs artistes au fil du temps et a même débouché sur une enquête paranormale !


SES ATOUTS

- Son aspect de forteresse médiévale hantée conservé

- La vue imprenable sur les Monts du Bugey


INCONTOURNABLE

La légende de la dame blanche du châtelard de Lhuire, vestige d’une tradition orale ancrée depuis le XVIème siècle dans le patrimoine immatériel du territoire.



Le château des Echelles à Jujurieux

Enchâs au cœur du village, la maison-forte construite au départ fut un petit fief indépendant appartenant à la fin du XIIIe siècle à la famille des Echelles. Acquise en 1780 par Joseph Orsel, conseiller du Roi en la Sénéchaussée et Siège présidial de Lyon, ce propriétaire a failli connaître un tragique destin. Il fut arrêté pendant la Révolution et promis à l’échafaud mais il eut la chance d’être libéré grâce à l'intervention des habitants de Jujurieux. En 1918, le château revint à des parents éloignés, les Orsel des Sagets qui le possèdent toujours. L’architecture actuelle du château est issue du XVIIème siècle et composée de trois bâtiments en forme de U encadrant une cour ornée d’un charmant puits en fer forgé.


Le château est célèbre pour ses fresques murales représentant des scènes de la mythologie antique et les localités voisines durant le Grand Siècle.

SES ATOUTS

- Une ouverture exceptionnelle lors des Journées du Patrimoine qui permet aux visiteurs de découvrir les nombreuses peintures murales du château classées depuis 1977


INCONTOURNABLE

Ses fresques des villages de Jujurieux, Pont d’Ain et Poncin au XVIIème siècle, images les plus anciennes et donc inestimables de ces villages historiques.




Le château de Sénèche à Jujurieux

Ce château a été construit à la fin du XIXème siècle par l’architecte lyonnais Malaval pour Cyrille Cottin, petit-fils de Claude-Joseph Bonnet et directeur de l’usine.


Inauguré en 1897, la propriété est divisée en deux parties : un château et une ferme en contrebas de la propriété au charme suranné qui rappelle celle de Marie-Antoinette au Hameau de la Reine de Versailles.

SES ATOUTS

- Le point de vue sur le village de Jujurieux qui englobe toutes les traces laissées par la manufacture industrielle de la soie


INCONTOURNABLE

L’exemple des châteaux de l’industrie, lieux de villégiature de la famille Bonnet, résidant à Lyon et venant se mettre au vert près de la manufacture.

______


(Re)découvrir notre patrimoine et nos villages : cliquez-ici


Posts récents

Voir tout