La Roue à Aube de la Cuivrerie de Cerdon en cours de restauration !

La cuivrerie de Cerdon est un élément du patrimoine à la croisée des chemins entre le patrimoine industriel, le patrimoine ethnologique et le patrimoine immatériel lié aux techniques et aux savoir-faire. Le site de la cuivrerie s'étend sur une surface de 4 179 m² et comporte un ensemble de bâtiments d'une surface de 1 984 m² et dispose toujours de trois roues à aubes, avec les dispositifs d'entrainement (courroies et poulies), des martinets (6 postes) de 1860, une presse à balancier de 1875, une presse à emboutir de 1924, 10 tours à repousser de 1910, une forge de 1900 avec 6 postes de travail, des tours à polir, des cisailles, une plieuse, une guillotine, des formes à emboutir et du petit outillage.




ZOOM TECHNIQUE

Une roue à aube, c'est quoi ?

"Les roues à aubes sont une source d’énergie qui fonctionne par un système hydraulique. Initialement rudimentaires, elles ont évolué au fil du temps, avec les progrès de l’énergie hydraulique et de l'aérodynamique pour devenir les turbines d'aujourd'hui.



Mécanisme

"La roue à aubes est une roue à axe horizontal.


Son périmètre est garni de palettes et de godets servant à élever l'eau pour alimenter le système de turbine produisant de l'énergie. Les palettes plongent dans la rivière et déclenchent le mouvement de la roue. Elle utilise la poussée de l'eau issue directement d’un torrent.

Il existe plusieurs types de roues à aubes telles que les roues à augets ou les roues à palettes."



L'Ain au service de l'industrie

"Le Jura et l'Ain sont des lieux historiquement riches en ressources et alimentés par de nombreux torrents et rivières. Très peu venteuses, ces régions ont dû tirer parti de la puissance hydraulique de leurs rivières pour produire de l’énergie. Leur patrimoine riche et varié a permis l’installation de scieries, de diamanteries et bien d’autres expertises artisanales."



Succès et déclin des roues à aube

"En France à la fin du XIXème siècle près de 100 000 roues à aubes étaient répertoriées. Historiquement, la roue à aubes était totalement en bois mais elle a évolué partiellement avec quelques pièces en acier. Actuellement, elle est exclusivement en acier et à conservé des similitudes techniques avec les roues à aubes plus anciennes. Au fil du temps, plusieurs utilisations leur ont été attribuées, en passant du moulin à grains jusqu'aux industries mécaniques.


Petit à petit, l’énergie produite par les roues à aubes s’est faite dépasser par celle des premières turbines électriques, qui se sont massivement développées entre 1900 et 1920 et sont devenues plus rentables. Les roues à Aubes sont alors tombées progressivement dans l’oubli."


Source : Roue à Aube - ARIAD/R (ariadr.fr)




LA RESTAURATION DES ROUES A AUBE

Au fil des année, la fabrique de Cerdon investit dans du matériel de plus en plus performant, mécanisant le travail des dinandiers.


Actuellement à l'arrêt, la première roue à aube de la Cuivrerie est celle du moulin.

La seconde a été installée en 1860 pour entraîner les martinets, puis a vu sa puissance augmenter pour entraîner la fameuse Presse Américaine.


Une troisième roue avait été mise en place afin d'actionner les tours à repousser.

Toutes les installations mécaniques, les machines-outils sont restés en place, fonctionnent et restent spectaculaires, comme l’atelier de repoussage et ses 18 tours ou la presse Bliss de 1924 entraînée par la roue à aube.




Une priorité du chantier

La restauration des roues à aubes est une priorité du chantier de la Cuivrerie de Cerdon. Dans le bâtiment cinq, deux des trois roues à aube tourneront en permanence.




Leur face avant sera transparente pour permettre de voir le principe de construction.



La roue à augets alimentera une poulie via une courroie Une plaque en plexi diffusant imprimée sera rétroéclairée par un ruban Led dynamique qui créera un effet lumineux et indiquera le sens du courant.


Le saviez-vous ? La roue à augets tourne plus rapidement que la roue à aube !


LE CIRCUIT DE L'EAU A LA CUIVRERIE



Participez à la rénovation !

Le public a la possibilité de participer à la rénovation de la cuivrerie grâce à une souscription publique ouverte avec le soutien de la Fondation du Patrimoine. Les dons collectés servent en priorité à la restauration des 3 roues à aube, puis de la forge et des machines et outils. Pour un particulier, 66% du montant du don est déductible des impôts, 60 % pour les sociétés. L’objectif de collecte est de 70 000 € pour la première phase. Plus d’infos : www.fondation-patrimoine.org




Sources : Cuivrerie de Cerdon - Patrimoine(s) de l'Ain

http://cuivreriedecerdon.com/visite.php

https://www.ain-tourisme.com/fiches/Cerdon/Musee/Cuivrerie-de-Cerdon/432364/

Posts récents

Voir tout