PERS.jpg

La Cuivrerie de Cerdon

REOUVERTURE EN 2022 

 

Nichée dans un village baigné de cours d’eaux propices à l’industrie, la fabrique de cuivre de Cerdon nait à l’ère du machinisme. Témoignant d’un savoir-faire rare à travers le monde, La Cuivrerie de Cerdon a transformé pendant plus de 150 ans de multiples métaux. Ustensiles du quotidien ou objets prestigieux, cette dernière a fourni aussi bien les grandes cuisines françaises, que de luxueux hôtels comme le Negresco, ou encore le célèbre paquebot Le Normandie.

 

Une histoire de famille

 

L’histoire de la Cuivrerie de Cerdon, c’est d’abord celle de la famille Main, qui décide en 1836 de fonder un premier atelier de travail des métaux, avant de s’installer en 1867 au cœur du village de Cerdon. Tout d’abord spécialiste des plateaux de balances, son savoir-faire se développe rapidement aux besoins des autres industries d’excellence de l’époque, et c’est ainsi que la Cuivrerie de Cerdon équipera par exemple les filatures de soie, et notamment celles de l’Usine emblématique de Claude-Joseph Bonnet, quelques kilomètres plus loin, à Jujurieux.

Une fabrique qui rayonne dans le monde 

Au fil des années, la notoriété et le talent de la Cuivrerie de Cerdon est tel, qu’elle devient le fournisseur officiel de l’Art de Vivre à la française, et rayonne à travers le monde. De Tomioka, où elle fournit 300 bassines pour la première Filature de soie d’Etat du Japon (aujourd’hui inscrite au Patrimoine mondial de l’Humanité), elle approvisionne également tout le monde oriental et le marché du Maghreb en plateaux, brûle-parfums, théières, lampes, étriers arabes pour les parades équestres...

Sur près de cent ans, la cuivrerie n’aura de cesse de mécaniser le travail des ouvriers-dinandiers. La belle épopée souffrira en revanche de la perte des hommes de la famille lors de la Première Guerre Mondiale. 

 

Renaissance de la Cuivrerie 

A l’initiative de deux Cerdonnais passionnés, elle renaît de ses cendres dans les années 1970 et sera ouverte au public, tout en continuant la production jusqu’en 2011.

 

En 2018, le Département de l’Ain décide de sauver le témoin d’une aventure industrielle unique et de réhabiliter l’ensemble du bâti, désormais protégé au titre des Monuments Historiques. L’objectif : en faire un site culturel immersif, dans lequel les visiteurs seront plongés dans les secrets des ateliers, révélés par d’incroyables technologies numériques, mais aussi des démonstrations de savoir-faire et des dispositifs spectaculaires ou ludiques.

CUIVRERIE DE CERDON